Hasna Abdul Reda : défendre les victimes les plus vulnérables au Liban

 

Hasna Abdul Reda

Depuis 2007, AEDH soutient le Centre Libanais des Droits Humains (CLDH), basé à Beyrouth. En octobre, nous accueillons Hasna Abdul Reda, avocate au CLDH, dans le cadre de la Quinzaine de l'égalité entre les femmes et les hommes organisée sous l’égide de la Région Rhône-Alpes.

Estimez-vous que votre pays respecte les principes des droits de l’Homme ?

Hasna Abdul Reda : Un grand nombre de violations des droits de l'Homme a lieu au Liban, malgré la Constitution libanaise qui met en avant la Déclaration des droits de l'Homme et les engagements internationaux du Liban et affirme leur supériorité sur le Droit national. Le Liban a ratifié la plupart des traités internationaux visant à protéger les droits de l'Homme mais, dans les faits, il ne les met pas en œuvre.

Quelles sont les principales activités que développe le CLDH pour lutter contre les violations des droits de l’Homme ?

H.A.R : Le CLDH lutte contre les disparitions forcées, la détention arbitraire, la torture et le racisme au travers d’un certain nombre d’actions concrètes, notamment le programme d’aide légale aux détenus vulnérables, le Centre Nassim pour la réhabilitation des victimes de la torture et l’aide légale aux travailleurs migrants au Liban.

Quels sont vos principaux défis au quotidien ?

H.A.R. : Au quotidien, les principaux défis consistent à définir quels sont les cas prioritaires, puis à apporter une aide substantielle aux victimes.

La difficulté vient du fait que les demandes d’aide légale sont nettement supérieures à nos capacités et même à la capacité des avocats de la société civile en général. Des milliers de personnes sont victimes chaque année de violations de leurs droits et n’ont pas les moyens de se défendre. Elles font souvent appel à nous. Les cas où l’intégrité physique ou psychologique d’une personne est en jeu sont évidemment prioritaires. Parfois, les choix sont cruels. On aimerait pouvoir aider tout le monde ! Mais prétendre pouvoir le faire reviendrait à négliger les dossiers que nous avons déjà acceptés. Alors, nous essayons d’orienter les personnes qu’on ne peut prendre en charge vers d’autres organisations susceptibles de les aider et nous ne refusons jamais de donner au moins un conseil légal.

Une fois que nous avons accepté d’aider quelqu’un, la difficulté pour nous, avocats, est de travailler dans un contexte où « les relations » prévalent souvent sur le Droit. Par ailleurs, dans certains cas, les violations sont commises par des services de sécurité qui agissent sur la base de circulaires internes confidentielles, hors de tout cadre légal. Dans de tels cas, des recours sont théoriquement possibles devant le système judiciaire mais celui-ci est tellement saturé que les décisions prennent des années alors que les droits des victimes continuent à être violés pendant ce temps. Il est parfois préférable, afin de venir en aide à une personne, d’engager des négociations avec les services de sécurité plutôt que de les poursuivre en justice au détriment de la victime.

Le CLDH se mobilise pour défendre les travailleurs migrants au Liban. Quelle est leur situation ?

H.A.R. : Chaque année, des milliers de migrants entrent au Liban pour travailler comme domestiques ou en tant qu’employés non-qualifiés dans des entreprises privées.

Parmi ces employés, les plus vulnérables sont dans la plupart des cas des femmes. Elles arrivent au Liban en cherchant à y gagner de l’argent pour faire vivre leur famille au pays et, dans de très nombreux cas, se retrouvent dans une situation d’esclavage. Elles sont obligées de travailler 12 à 17 heures par jour, 7 jours sur 7, ne disposant quelquefois que d’un coin de cuisine pour dormir et parfois elles ne sont même pas payées. Elles sont souvent enfermées à clé dans les maisons et privées de leur passeport par leurs employeurs. Chaque année, des dizaines de ces femmes se suicident. Notre combat consiste à offrir une aide à quelques-unes de ces victimes et à tenter de mettre fin à des situations inhumaines.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Tous les témoignages