Liban : Proud Lebanon vient en aide aux réfugiés LGBTI syriens et irakiens

Bertho Makso, fondateur et directeur de Proud LebanonÀ l’occasion d’une mission au Liban en juin dernier, le Président et le Chargé de développement d’AEDH ont rencontré Proud Lebanon, une jeune association de défense des droits des personnes LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transsexuelles et Intersexes). Cette organisation a pour but de renforcer la communauté LGBTI libanaise et de venir en aide aux réfugiés LGBTI syriens et irakiens qui fuient les conflits. En novembre 2015, AEDH a attribué à l’association une aide financière pour aménager et sécuriser ses bureaux.

Entretien avec Bertho Makso, directeur de l’association.

AEDH : Comment les personnes LGBTI sont-elles perçues au Liban ?

Bertho Makso : Le climat pour les personnes LGBTI au Liban est très difficile. Celles-ci sont victimes d’une double discrimination. D’une part, la société les rejette, influencée par des préjugés religieux ou sociaux. De nombreuses personnes entrées en contact avec Proud Lebanon vivent des situations de rupture familiale et ne disposent d’aucun soutien social. Notre organisation représente leur seul appui.

D’autre part, la loi les considère comme des criminels. L’article 534 du Code pénal libanais, qui punit d’un an d’emprisonnement toutes relations sexuelles « contre-nature », est régulièrement brandi à l’encontre de cette communauté marginalisée. Les personnes LGBTI n’osent plus demander protection à la police lorsqu’elles subissent des actes de violence. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir les autorités se retourner contre elles justement en raison de leur identité sexuelle.

AEDH : Dans quel contexte Proud Lebanon a-t-elle été créée ?

B.M. : Ayant constaté que de nombreuses personnes LGBTI souffraient de ne pouvoir trouver de réponse à leurs problèmes, quelques bénévoles se sont regroupés en septembre 2013 pour proposer une aide à cette minorité discriminée. Proud Lebanon s’est ainsi constituée en association à but non lucratif dont les principaux objectifs sont d’assurer la protection, l’émancipation et l’égalité de la communauté LGBTI du Liban.

Depuis sa création, Proud Lebanon s’efforce de soutenir l’émergence d’une communauté LGBTI forte et émancipée, dont les membres pourront s’impliquer efficacement dans les processus démocratiques qui affectent leurs vies.

Proud Lebanon a été enregistrée comme association à but non lucratif le 4 avril 2014. En mai de la même année, nous avons créé un comité consultatif composé des membres de différents secteurs : militants des droits de l’Homme, journalistes, juristes. En juin 2015, un Conseil d’administration a vu le jour dans le but de superviser les activités courantes et de décider des orientations politiques de l’organisation.

AEDH : Quelles sont les répercussions de la situation internationale et notamment de la guerre en Syrie sur les discriminations à l'encontre des personnes LGBTI ?

B.M. : La guerre dans la région a détourné l’attention portée à des grandes problématiques de justice sociale pour se concentrer sur des enjeux basiques de survie, au détriment de la cause LGBTI. En outre, le contexte politique libanais chaotique a balayé nos espoirs d’une nouvelle législation qui expliciterait ou abolirait l’article 534.

Enfin, des personnes LGBTI originaires de Syrie ou d’Irak ont fui au Liban en quête de sécurité et d’une protection temporaire dans l’attente d’une réinstallation à l’étranger par le HCR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés). Proud Lebanon est venue en aide à beaucoup d’entre elles. Leurs témoignages pointent la persistance d’un risque au Liban et déplorent des discriminations et abus.

AEDH : Quelles réponses apporte Proud Lebanon à ces personnes ?

B.M. : L’objectif principal de Proud Lebanon est d’appuyer la communauté LGBTI afin qu’elle devienne suffisamment visible et forte pour revendiquer le respect de ses droits fondamentaux et participer aux changements sociaux et légaux du pays et de la région.

En réponse aux besoins pressants des réfugiés LGBTI syriens et irakiens, Proud Lebanon a mis en place six types d’actions : une aide de subsistance (prise en charge des frais d’alimentation et de transport), une aide médicale, un soutien psychologique, des conseils juridiques, une assistance sociale et des formations professionnelles.

AEDH : Qu'attendez-vous d'un partenariat avec AEDH ?

B.M. : Le partenariat avec AEDH nous aidera à remplir notre mission, particulièrement quand nous entreprendrons des activités de plaidoyer et de lobbying. Nous avons l’intention de travailler sur plusieurs projets de défense des droits humains et cette collaboration permettra à nos projets d’avoir plus d’impact.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Tous les témoignages