Plateforme Droits de l'Homme : après deux années à la tête du secrétariat exécutif de la PDH, AEDH tire un premier bilan

 Image1

La Plateforme Droits de l’Homme (PDH) est un collectif d’ONG françaises agissant à l’international pour la promotion et la défense des droits de l’Homme. Sa création est issue du constat qu’il n’existait pas, en France, de réseaux offrant un espace permanent d’échanges et de collaboration aux ONG françaises engagées sur ces enjeux au niveau international.

Elle permet aux membres d’accroître leur visibilité, représentation, mise en lien et renforcement mutuel. Créée à Paris en 2017 par 12 ONG fondatrices, la PDH a évolué vers une formalisation de sa gouvernance et une véritable mise en réseau des acteurs français des droits de l’Homme.

La richesse de la PDH tient en ses membres. Depuis sa création, elle s’est solidifiée et a gagné en visibilité auprès des pouvoir publics. Elle regroupe désormais 17 ONG de défense et promotion de droits de l’Homme : Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT-France) ; Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH) ; Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme (AADH) ; Avocats Sans Frontières (ASF-France) ; Coalition Mondiale contre la Peine de Mort ; Collectif des Familles de Disparus en Algérie ; Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme (CVDDH) ; End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Child for sexual purposes (ECPAT-France) ; Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) ; Fédération Euro-méditerranéenne contre les Disparitions forcées (FEMED) ; Fédération Internationale de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (FIACAT) ; Forum Réfugiés- COSI ; IREX Europe ; Observatoire International des avocats en danger (OIAD) ; Prison Insider ; SOS Africaines en danger ; Terre des Hommes France (TDH France).

 

La cohésion de la Plateforme
Dans le but de promouvoir la représentation et la visibilité de ses membres auprès des pouvoirs publics français, les membres de la PDH ont créé

une note de positionnement sur les modalités de financement des ONG de défense des droits de l’Homme, en mai dernier. Partagée avec l’Agence Française de Développement (AFD) et le Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères (MEAE), cette note a fait l’objet d’une invitation officielle de la PDH à une réunion d’échange avec l’AFD.

La Plateforme participe aussi à la réflexion sur la stratégie « droits humains et développement » du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. La PDH a été consultée sur l’intégration de l’approche fondée sur les droits humains dans les politiques de coopération au développement international, le plan d’action et le partenariat avec les acteurs de la société civile et du secteur privé.

Engagées sur le renforcement de leurs capacités, les ONG de la Plateforme ont mis en œuvre une première formation sur les mécanismes onusiens qui a réuni une vingtaine de personnes. La formation a été assurée par une représentante de la FIACAT à Genève, les 15 et 16 juillet derniers à Paris. Deux autres formations sont prévues avant mars 2020.

Dans la même logique de renforcement et mutualisation de moyens, des réunions d’échanges de pratiques ont eu lieu suite à cette formation sur les mécanismes onusiens, ainsi qu’en marge de l’Assemblée Générale ordinaire. Pendant cette dernière, les thématiques d’intérêt commun   abordées portaient sur les questions suivantes : les partenariats (financiers, techniques, opérationnels, institutionnels), le modèle économique (la recherche de fonds privés) et la gestion des risques (la protection des staffs et des partenaires ainsi que des bénéficiaires).

Mais ce travail en réseau doit aussi être visible au grand public si nous voulons que la question des droits humains devienne prioritaire dans le discours politique et dans les débats de société. C'est dans cette perspective que la PDH s’est dotée de réseaux sociaux et travaille à l'élaboration d'un site internet pour la fin de l’année.


                 


Luisida De Ieso et Karely Espinoza

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn