Le projet MANDAT entame sa troisième année !

MANDAT LogoFinal AvecCartouche

Le projet MANDAT (Mobiliser et ANimer les efforts de la société civile contre la Détention Arbitraire et la Torture en République du Congo) est entré depuis janvier 2018 dans sa troisième année de mise en œuvre. Cofinancé par l’Instrument de la Démocratie et des Droits de l’Homme (IEDDH) de l’Union Européenne, le projet MANDAT est réalisé par AEDH en collaboration avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH), et entend renforcer l’Etat de droit en encourageant une diminution des détentions arbitraires et de la pratique de la torture en République du Congo.

 En complémentarité du monitoring, le projet MANDAT apporte aux victimes une assistance multiforme. Lors des deux premières années du projet, 18 victimes ont bénéficié d’un soutien social, médical et psychologique, et 21 autres d’un accompagnement juridique. Depuis le début du projet, 157 personnes détenues abusivement ont été libérées . Afin d’encourager le changement de mentalités, l’OCDH a diffusé plus d’une centaine d’émissions radios sur ses antennes en région. Ainsi, l’OCDH souhaite informer le grand public de ses actions, mais surtout mobiliser sur les questions de détention arbitraire et de torture. Des familles de victimes ont contacté l’organisation suite à ces émissions, ce qui constitue un autre moyen d’identifier des cas de violation des droits.

Au niveau du plaidoyer, l’OCDH a publié une note de contribution pour l’introduction de la torture dans les Codes pénal et de procédure pénal et a abordé le sujet plusieurs fois avec le ministre de la Justice. Les différents remaniements ministériels entravent cependant la bonne avancée de cette action. L’OCDH entend également participer à l’Examen Périodique Universel en 2018 et ainsi contribuer aux recommandations qui seront adressées au gouvernement congolais par l'Organisation des Nations Unies.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn