Élections législatives dans un climat de tensions au Congo

OCDH1

Alors que le corps électoral est convoqué pour des élections législatives et locales le 16 juillet 2017, la campagne Tournons la Page - Congo* s’interroge sur l’opportunité de ce scrutin, pour lequel aucune nouvelle garantie de transparence n’a été apportée depuis la tenue des élections présidentielles. 

Fin 2015, à la veille du référendum sur le changement de la Constitution et des élections présidentielles, cette même campagne demandait déjà le report de ces scrutins jusqu’à ce que des mesures garantissant leur transparence et leur crédibilité soient prises : refonte du fichier électoral et indépendance de la commission électorale. Ces demandes n’ont pas été satisfaites.  

Depuis, la situation politique n’a eu de cesse de se dégrader. L’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) s’alarme des violences commises à l’encontre des civils dans le Département du Pool, en proie depuis la réélection contestée de Denis Sassou N’Guesso en avril 2016 à des affrontements à huis clos entre les forces armées régulières et un mouvement rebelle.  

L’OCDH dénonce également une restriction des libertés publiques qui se manifeste par de nombreuses arrestations d’opposants politiques, des entraves à la liberté d’expression et à la liberté de la presse et l’adoption d’une loi sur les associations encadrant drastiquement toute initiative citoyenne et pénalisant les activités qui constitueraient une atteinte à la sécurité et à la stabilité institutionnelle.

*la campagne Tournons la Page - Congo regroupe une douzaine d'organisations congolaises dont l'OCDH, partenaire d'AEDH.

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn