Appel urgent : IRA Mauritanie

Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH), organisation française de solidarité internationale, proteste vigoureusement contre le jugement inique prononcé jeudi 18 aout par la Cour criminelle de Nouakchott qui a condamné des membres de l’organisation anti-esclavage IRA-Mauritanie à des peines allant de 3 à 15 ans de prison.

Selon les informations reçues, Diop Amadou Tidjane, Moussa Biram et Abdallahi Sow ont été condamnés à de peines de réclusion de 15 ans. Balla Touré, secrétaire aux relations extérieures, Mohamed Hamar Vall, trésorier, et Hamady Lehbouss, chargé de communication de l’IRA, sont condamnés à 5 ans de prison ferme. Une peine de trois ans a été infligée à Lô Ousmane, Abdallahi Matala Saleck, Abdallahi Abou Diop, Mohamed Daty, Anne Ousmane, Khattry Rahel, Jema Bleil et Mohamed Jarallah. Les militants ont été condamnés suite au retrait à leur demande de leurs avocats en guise de protestation contre les violations multiples des règles d’un procès équitable.

A l’instar de nombreuses institutions et organisations internationales de protection des droits de l’Homme, AEDH considère que ces condamnations ne visent qu’à réprimer et tenter d’intimider des militants mobilisés par le combat contre les pratiques esclavagistes et pour la défense des droits humains en Mauritanie.

Notre organisation enjoint instamment de mettre en oeuvre les mesures nécessaires pour mettre fin immédiatement à ces détentions arbitraires et assurer le respect de l’intégrité physique et psychologique des personnes concernées.

La Mauritanie, qui s’honore d’avoir adopté une législation incriminant l’esclavage, se doit de garantir le respect des droits des individus qui luttent pour son éradication.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Toutes les actualités